Protocoles de soins pluriprofessionnels

le . Publié dans Accueil

Site dédié aux protocoles pluriprofessionnels

Le problème posé

Le travail en équipe impose une certaine coordination dans les messages donnés au patient et dans les actions menées pour lui servir des soins. Il n’est plus acceptable qu’un médecin prescrive un vaccin sans en expliquer les raisons, que le pharmacien délivre une autre présentation sans l’expliquer, et que l’IDE s’étonne de la vaccination car elle ne l’a pas fait pratiquer chez ses enfants (avec tout ce qu’on entend…). Il n’est pas acceptable qu’un patient qui fasse prendre sa TA chez le médecin, le pharmacien ou l’infirmière entende 3 conseils différents, voire contradictoires…

Que dire et que faire pour être cohérent avec les autres professionnels ? Comment fournir une réponse fiable et coordonnée dans l'équipe de soins de proximité ? La réponse la plus logique à ces questions est de coordonner les réponses aux problèmes les plus fréquemment rencontrés grâce à des protocoles pluriprofessionnels.

Objectifs

Un protocole pluriprofessionnel a pour objectif de mieux prendre en charge une situation concernant une ou des maladie(s) aiguë(s) ou chronique(s) en associant les compétences des professionnels de l’équipe. Il répond à un problème pluriprofessionnel identifié par l’équipe, au sein d’une structure de soins ou sur un territoire.

Mise en garde

Un protocole ne doit pas devenir une usine à gaz de l’équipe… Il ne s’agit pas que l’exhaustivité du protocole noie toute envie de travailler ensemble de l’équipe.

Aussi un protocole doit être léger, facilement applicable, facilement accessible par l’équipe et surtout ne viser que 2 ou 3 points clé de la prise en charge.

Un protocole ne peut être un copier-coller d’un protocole d’une autre équipe, car l’expérience des professionnels concernés, leurs habitudes de pratiques, et la situation locale ne peut être que spécifique. En conséquence de quoi un protocole ne peut être réalisé que pour une équipe donnée, à un moment donné.

Un protocole n’est pas figé dans le temps, et bien au contraire il doit évoluer et être remis en cause régulièrement par l’équipe à la suite de nouvelles situations rencontrées.

Aide à l’élaboration d’un protocole pluriprofessionnel

Une fiche d'aide à la constitution d'un "protocole simplifié" est disponible à files/Formule_simplifiee_de_creation_de_protocole.pdf

Cette fiche en une page a vocation à vous permettre de commencer par des objectifs simples.

Un groupe de travail avec l’HAS a écrit en 2015 un document intitulé « Comment élaborer et mettre en œuvre des protocoles pluriprofessionnels ? ». Ce document est utile pour s’aider à lancer des protocoles en équipe.

http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2033014/fr/jcms/c_2033014/fr/comment-elaborer-et-mettre-en-oeuvre-des-protocoles-pluriprofessionnels

Si des questions restent en suspens dans l’équipe, le centre de ressources en soins primaires créé toujours avec l’HAS peut recevoir et traiter des questions.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Protocoles pluriprofessionnels et NMR

Les nouveaux modes de rémunération représentent une reconnaissance de l'importance de la coordination des équipes de soins en soins de proximité. Il est donc logique que la réalisation de protocoles pluriprofessionnels en soit un des critères.

L’article 3.2 du règlement arbitral (JO du 27/02/2015) :

« La structure élabore, en référence aux recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS), des protocoles pluri-professionnels pour la prise en charge et le suivi des patients concernés par les pathologies visées supra et retenues comme thèmes prioritaires. Ces protocoles précisent le rôle et les temps d’intervention des différents professionnels impliqués dans la prise en charge, ainsi que les modalités de transmission entre professionnels des informations nécessaires à une bonne coordination des soins. »

Les pathologies décrites comme thèmes prioritaires :

  • patients porteurs d’affections sévères compliquées ou décompensées: insuffisance cardiaque, BPCO, asthme instable, mal perforant plantaire du diabétique, accident iatrogénique;
  • patients pour lesquels une intervention pluri-professionnelle est susceptible de prévenir la désinsertion socioprofessionnelle: lombalgies chroniques, syndrome dépressif;
  • patients bénéficiant de soins itératifs pour lesquels la stratégie de prise en charge peut être à réévaluer: lombalgiques, diabétiques non autonomes pour leur insulinothérapie;
  • patients poly-médiqués pour lesquels le risque iatrogénique doit être reconsidéré;
  • patients complexes ou en perte d’autonomie pour lesquels le maintien à domicile doit être conforté: sujets âgés, patients poly-pathologiques, soins palliatifs, suivi post AVC.

Le règlement arbitral n’avais pas prévu le nombre de protocoles et une instruction du réseau de l’assurance maladie (24/04/2015) l’a précisé à 5 protocoles par an. Comme le nombre de points donné pour ces protocoles étaient de 500, cela fait 100 points par protocole créé.

Prochaine étape concernant les protocoles

Définir un protocole, c’est bien. En assurer le suivi est encore mieux. Un travail avec l’HAS et le groupe MSP Qualité de la FFMPS va permettre de produire deux ou trois items par pathologie pour en assurer le suivi dans les systèmes d’information. Par ex. pour BPCO, ce pourrait être VEMS et/ou nombre de surinfections hivernales.

Historique des protocoles pluriprofessionnels en France

Dénomination

Les protocoles pour des équipes ont été appelés « protocoles pluridisciplinaires ». Cependant, si l’on adhère au fait que les soins primaires sont une seule discipline, les protocoles entre professionnels de santé des soins primaires se nommeront plutôt « protocoles pluriprofessionnels ».  La dénomination de protocoles pluridisciplinaires sera gardée pour des protocoles entre équipe de soins primaires et équipe de soins secondaires ou équipe hospitalière.

Les premiers protocoles pluriprofessionnels

Dès 2006 et la création de la FFMPS, la nécessité de créer de nouvelles manières de travailler en équipe de soins primaires est apparue. Les deux dossiers des systèmes d’information et de la protocolisation des soins étaient les deux points majeurs de l’action de la FFMPS. Des protocoles de prise en charge des pathologies existaient, mais ils étaient  mono disciplinaires et ne répondaient donc pas au travail en équipe. Que ce soit du côté des réseaux, ou des sociétés savantes en médecine générale, des réponses partielles existaient mais étaient insuffisantes. Dès l’année 2006, une discussion avec des acteurs de l’HAS ont conduit à la création d’un groupe de travail qui a produit sept protocoles entre 2008 et 2010. Ont été traités : la vaccination, la gestion des AVK, le diabète, l’HTA, les lombalgies, les plaies chroniques, et les bronchiolites.

Le développement impressionnant des MSP à partir de 2010 d'une part, le développement des nouveaux modes de rémunération d'autre part, ont fait que ces protocoles pluriprofessionnels ont pris de l’importance.